Chargement de la vidéo...

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification 4.0 International License

Partager

Lien
Intégrer la vidéo

Métriques

Consultations de la notice

98

Téléchargements de fichiers

32

Analyses

AAR Campus Archives Audiovisuelles de la Recherche (Campus AAR) est une plateforme communautaire destinée à l'analyse, la documentation la mise en valeur, et la publication de corpus audiovisuels numériques archivés sur MédiHal.

Langue et pouvoir: Quelle place pour l'occitan dans les actes de la chancellerie seigneuriale de Montpellier (XIIe-XIIIe siècles). Colloque "Nouvelle recherche en domaine occitan : approches interdisciplinaires" (organisateur: Institut d'Etudes Occitanes, Université d'Albi).

2009-06-11

Description : Alors que l’occitan fut largement utilisé à Montpellier au Moyen Age par les autorités consulaires (Petit Talamus), il est frappant de constater la quasi absence d’actes en occitan produits par la chancellerie des seigneurs de Montpellier aux XIIe et XIIIe siècles. Sur un corpus conservé de plus de 500 actes pour cette période, on n’en dénombre en tout qu’une quarantaine écrits en occitan, presque tous des serments de fidélité. Et en règle générale, la présence de l’occitan dans un acte se fait par défaut, quand le latin ne peut suppléer. Il convient donc de s’interroger sur les raisons de cette situation. Pourquoi la langue d’Oc n’est-elle utilisée que dans tel type d’acte ou que dans tel contexte particulier ? L’usage du latin plutôt que de l’occitan par la chancellerie seigneuriale, alors que dans l’ouest du Languedoc( Rouergue, Albigeois, Toulousain) l’occitan tient une place plus importante, relève-t-il de choix politiques et culturels ? Dans une société médiévale qui donne de plus en plus d’autorité à l’écrit, se pose la question de l’autorité de la langue. Cette situation dénote-t-elle un refus d’accorder à l’occitan toute valeur juridique dans l’écriture des actes face à l’autorité de la langue latine ? C’est à ces problématiques que nous tenterons d’apporter quelques éléments de réponses. Résumé en OCCITAN Se l’occitan foguèt bravament utilizat a l’Edat Mejana a Montpelhièr per las autoritats consulàrias (Pichon Thalamus), la quasi absencia totala d’actes en occitan produches per la Cancellariá dels senhors de Montpelhièr als sègles XII e XIII e pro notabla. Dins un corpus de mai de 500 actes d’aquel temps, trobam sonque un quarantenat d’actes, quasi totes de serments de fidelitat. En regla generala, la preséncia de l’occitan dins l’acte se fa per desfaus, aqui que lo latin pòt pas èsser emplegat. Tanbe, cal cercar las rasons d’una situacion tala. Perqué utilizar l’occitan sonque per un tipe d’actes o dins un contèxte precís? L’us del latin, puslèu que de l’occitan, per la cancellariá del senhor, mentre qu’a l’oèst del Lengadòc (Roèrgue, Albigés, Tolsan) l’occitan i a plaça pus ampla, seriá una causida politica o culturala? La question de l’autoritat de la lenga se pausa dins aquela societat medievala que l’escrit i pren de mai en mai d’autoritat. L’occitan auriá pas prossa valor juridica dins l’escritura dels actes, fàcia a l’autoritat de la lenga latina? Ensajarem de donar qualques elements de responsa a’n aquelas problematicas.


https://hal-campusaar.archives-ouvertes.fr/medihal-01378987
Contributeur : Valérie Legrand <>
Soumis le : mardi 11 octobre 2016 - 09:27:23
Dernière modification le : mercredi 29 novembre 2017 - 16:43:00