Chargement de la vidéo...

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification 4.0 International License

Partager

Lien
Intégrer la vidéo

Métriques

Consultations de la notice

73

Téléchargements de fichiers

26

Analyses

AAR Campus Archives Audiovisuelles de la Recherche (Campus AAR) est une plateforme communautaire destinée à l'analyse, la documentation la mise en valeur, et la publication de corpus audiovisuels numériques archivés sur MédiHal.

Le féminisme critique de Pasolini. Séminaire "Genre, Politique, Sexualité(s). Orient/Occident" (2010-2011)

2011-05-05

Description : Si Pasolini se reconnaissait un allié des féministes, il précisait pourtant aussitôt que sa proximité à leur égard était de nature critique. Par là il voulait signifier qu’il considérait avoir à batailler fréquemment contre elles, non pas contre le féminisme en tant que tel, mais contre les choix qu’elles pouvaient effectuer et qui lui paraissaient destructeurs pour l’idée d’une libération réelle (et pas seulement nominale) des femmes. Pour le dire de façon rapide, Pasolini voulait éviter aux valeurs du féminisme de se résorber dans celles de la modernité entendue comme triomphe du consumérisme. Or, selon lui, c’est bien un tel danger qui menace, si l’on confond l’émancipation féminine avec l’idéologie progressiste de l’histoire. En effet, si notre époque consumériste tend à récupérer les mouvements de libération en leur faisant adopter son idéologie (par exemple à travers l’adoption d’une démarche consistant en une demande de droits supplémentaires, quel qu’en soit le contenu), une résistance effective ne peut que s’originer dans une résistance au présent – au nom, précisément, de « la scandaleuse force révolutionnaire du passé ». Sous ce rapport, ce sont les débats très contemporains relatifs à l’attitude des mouvements féministes à propos du port du voile, ou de la burqa, qui demanderaient à être interrogés. Le séminaire "Genre, politique, sexualité(s) Orient/Occident" a été créé en 2010, avec le soutien de la Fondation Maison des Sciences de l'Homme, par Christiane VEAUVY, chargée de recherche honoraire au CNRS, docteur d'Etat es Lettres et Sciences humaines, et Monique de SAINT MARTIN, Directrice d'Etudes à l'EHESS. Les conférences et les débats sont axés principalement sur la Méditerranée, "épicentre de la fracture imaginaire entre Orient et Occident" (Corm, 2005). En France, aucune spécialité équivalente à l'indianisme ou à l'américanisme n'est reconnue pour la Méditerranée (Bromberger 2002) ; la dimension internationale est donc empreinte d'une originalité particulière dans ce séminaire. Le séminaire est ouvert aux enseignants, aux chercheurs, aux doctorants et à toute personne confrontée aux questions de genre, le bilan établi collectivement a fait ressortir comment les articulations du genre avec la politique et les sexualités renvoient à des questions brûlantes, particulièrement complexes. Dans la publication intitulée "Genre, politique, sexualité(s). Europe / Orient", parue en 2010, cinq cas sont analysés selon des démarches propres à chacun (France, Europe centrale et orientale, Algérie, Japon). La thématique "Genre, politique, sexualité(s). Orient/Occident", encore peu étudiée, revêt un caractère aujourd'hui crucial, porteur d'un renouvellement potentiel au plan pratique et au plan théorique.


https://hal-campusaar.archives-ouvertes.fr/medihal-01395208
Contributeur : Valérie Legrand <>
Soumis le : jeudi 10 novembre 2016 - 15:23:56
Dernière modification le : jeudi 11 janvier 2018 - 06:27:34