Chargement de la vidéo...

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification 4.0 International License

Partager

Lien
Intégrer la vidéo

Métriques

Consultations de la notice

101

Téléchargements de fichiers

22

Analyses

AAR Campus Archives Audiovisuelles de la Recherche (Campus AAR) est une plateforme communautaire destinée à l'analyse, la documentation la mise en valeur, et la publication de corpus audiovisuels numériques archivés sur MédiHal.

Un livre terrible pour temps de terreur : Lyotard et la 3e Critique de KantColloque "Penser le sublime au XXIe siècle"

2008-09-16

Description : Que penser de la terreur au XXIe siècle ? Et, surtout, pourquoi ? À quelles fins ? Étant donné le terrorisme tel qu’il se manifeste à présent, comment imaginer ce que le siècle de la Terreur aurait pensé du phénomène actuel ? Nous savons que le XVIIIe siècle a théorisé la terreur avant de la mettre en pratique. Le processus inverse est-il possible aujourd’hui ? Peut-on, à l’aide de la théorisation, en venir à bout de la pratique de la terreur aujourd’hui ? Au XVIIIe siècle l’idée de la terreur atteint son point culminant dans la philosophie critique d’Emmanuel Kant. À l’instar de ses grands prédécesseurs, Kant introduit la terreur comme force déterminante de l’expérience du sublime. Or, c’est justement tout un vocabulaire du sublime qui se déploie au XXIe siècle de part et d’autre de la violence - qu’elle soit étatique ou extra-étatique - ayant comme point nodal la terreur déclinée selon la variété des cultures observables. Établir des liens de causalité entre l’esthétique du sublime et la politique - dont l’échec intégral est le conflit armé - pourrait servir à interrompre la logique de guerre permanente dans laquelle nous nous trouvons depuis le 11 septembre 2001. Comme l’observe Hannah Arendt - après bien d’autres -, la mort est survenue avant que Kant ne puisse achever son œuvre de la maturité. En l’absence d’une critique kantienne du jugement politique, nous devons nous tourner vers l’œuvre qui, à mon sens, a le plus avancé une pensée esthétique de la politique dans le sillon des grands penseurs du sublime du XVIIIe siècle : l’œuvre de Jean-François Lyotard. Afin de cerner de façon philosophique les us et abus actuels du sublime, j’aborderai donc certains aspects des Leçons sur l’Analytique du sublime de Lyotard et j’aimerais, par la même occasion, revoir De l’exception à la règle, mon analyse (avec Hélène Volat) des lois USA PATRIOT Act, promulguées à la suite des attaques de Manhattan. Le but de ces journées d'études est d’explorer le potentiel du concept dans le monde contemporain, en termes d’études transversales, et de contribuer à la fondation d’un réseau de recherche, d’après le modèle de la Tate Britain à Londres. Quatre axes d’études sont proposés : - Sublime et œuvre d’art – impliquant l’analyse conceptuelle en philosophie et en sciences de la communication - Du sublime en politique – explorant l’impact de la notion dans le monde politique post- 9/11 - Sublime et études du genre - questionnant l’impact du concept sur des notions comme : crise, utopie politique et sociologie de la naissance - Sublime et architecture de l’image – explorant les fondements du concept à partir de l’architecture du XVIIe siècle, à travers son impact sur le romantisme, jusqu’à son rôle dans les études urbaines contemporaines. Avec le soutien de la FMSH - Fondation Maison des Sciences de l’Homme, de l’Université Paris X-Nanterre , de la British Academy et du DAAD.


https://hal.campus-aar.fr/medihal-01411864
Contributeur : Valérie Legrand <>
Soumis le : mercredi 7 décembre 2016 - 16:52:16
Dernière modification le : mardi 20 décembre 2016 - 19:56:02