Chargement de la vidéo...

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification 4.0 International License

Partager

Lien
Intégrer la vidéo

Métriques

Consultations de la notice

70

Téléchargements de fichiers

9

Analyses

AAR Campus Archives Audiovisuelles de la Recherche (Campus AAR) est une plateforme communautaire destinée à l'analyse, la documentation la mise en valeur, et la publication de corpus audiovisuels numériques archivés sur MédiHal.

"Sus donq auant hilhotz!" lire Pey de Garros avec Clément Marot : pourquoi et comment ?" Colloque "Nouvelle recherche en domaine occitan : approches interdisciplinaires" (organisateur: Institut d'Etudes Occitanes, Université d'Albi).

2009-09-11

Description : Certains vers gascons de la dédicace des Psaumes viratz de Pey de Garros (1565), semblent imités de la dédicace française des Pseaumes de Clément Marot (1541). Dans son essai Renaissance du Sud (1970), Robert Lafont a souligné le peu d’importance de cette imitation dans l’appréciation de l’oeuvre de Garros : le texte du gascon se place sur un nouveau plan -celui de la Navarre occitane- et a pour but de recouvrir entièrement, d’effacer le texte français, aussi prestigieux soit-il. Pourtant, si on relit l’avant texte des Psaumes viratz en s’aidant des notions développées par la sociolinguistique, on peut reposer la question des liens d’imitation entre Garros et Marot. La conception sociolinguistique de la Gascogne construite notamment par l’avis « Au lecteur » ne semble pas s’opposer à un patronage littéraire français. Bien au contraire, Michel Jourde (Diglossie et auctorialité au XVIème siècle dans la France méridionale) a montré comment les auteurs de l’espace occitan peuvent se définir par leur rapport aux deux langues, occitane et française. Après ce détour, il s’agit de déterminer en quoi le recours à Clément Marot peut nous éclairer dans la lecture de Pey de Garros. Les travaux d’Henri Meschonnic sur la traduction (Poétique du traduire, 1999 ; Éthique et politique du traduire, 2007) nous enseignent dans quelle mesure le sens du « traduire » d’un auteur est révélateur de sa poétique. C’est dans cette optique que nous nous efforcerons de relire les vers incriminés. La référence à Clément Marot nous sera alors précieuse pour établir le rapport du sujet Garros au divin et au peuple gascon, tel qu’il apparaît dans les Psaumes viratz.


https://hal-campusaar.archives-ouvertes.fr/medihal-01537103
Contributeur : Peter Stockinger <>
Soumis le : lundi 12 juin 2017 - 12:43:26
Dernière modification le : mercredi 29 novembre 2017 - 16:43:00