Chargement de la vidéo...

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification 4.0 International License

Partager

Lien
Intégrer la vidéo

Métriques

Consultations de la notice

124

Téléchargements de fichiers

27

Analyses

AAR Campus Archives Audiovisuelles de la Recherche (Campus AAR) est une plateforme communautaire destinée à l'analyse, la documentation la mise en valeur, et la publication de corpus audiovisuels numériques archivés sur MédiHal.

L'Himalaya à l'épreuve de l'expérience ethnographique. Table-ronde sur l'anthropologie de l'Himalaya

2012-07-03

Description : Cette vidéo présente une table-ronde organisée par le Comptoir des presses d'universités de la FMSH à l’occasion de la parution de deux ouvrages : - Les bergers du Fort Noir. Nomades du Ladakh (Himalaya Occidental), par Pascale DOLLFUS, Publications de la Société d'ethnologie - La part manquante. Échanges et pouvoirs chez les Drung du Yunnan (Chine), par Stéphane GROS, Publications de la Société d'ethnologie. Aux deux extrémités de la chaîne himalayenne: deux petites communautés. A l’ouest, au Ladakh, des éleveurs nomades ; à l’est, au Yunnan, des essarteurs. Dans ces régions reculées et difficiles, chaque auteur a vécu au plus près de la population qui l’accueillait. C'est cette expérience que nous évoquons, à l'occasion de la parution de deux ouvrages retraçant, chacun à leur manière, le caractère singulier de ces sociétés des confins. Présentation des ouvrages : "Les bergers du Fort Noir. Nomades du Ladakh (Himalaya Occidental)" - Pascale DOLLFUS Kharnak, « le Fort Noir », ainsi se nomme l'une des trois communautés nomades du Ladakh, ancien royaume himalayen situé au nord de la péninsule indienne. Éleveurs de yaks, de chèvres et de moutons, ses habitants vivent à plus de 4 200 mètres d’altitude aux confins du plateau tibétain. Fruit de nombreux séjours effectués entre 1993 et 2010, ce livre analyse la façon dont cette société pastorale se pense, occupe et définit ce qu’elle nomme son « pays » : un espace aux frontières floues, centré sur un monastère bouddhiste et ancré par des montagnes, palais de divinités protectrices. Pascale DOLLFUS est ethnologue, chargée de recherche au CNRS. Elle travaille depuis 1980 sur les populations de langue tibétaine de l’Himalaya occidental indien. Elle a conduit des recherches sur la civilisation matérielle, l’organisation sociale et la religion des communautés sédentaires et nomades du Ladakh et du Spiti et, récemment, élargi son terrain d’enquête au Kinnaur et au Lahaul voisins. Depuis 2010, elle travaille également dans le Nord-Est indien s’intéressant aux Sherdukpen et aux relations qu’ils entretiennent avec leurs voisins-Bugun (ou Khowa) et Monpa-ainsi qu’avec leurs affidés Boros et Assamais installés dans la plaine. "La part manquante. Échanges et pouvoirs chez les Drung du Yunnan (Chine)" - Stéphane GROS Les Drung (Dulong), habitants des confins montagneux de la province du Yunnan en Chine, à la frontière du Tibet et de la Birmanie, s'affichent souvent comme des démunis. Au fil de l’enquête, l’expression d’un manque revenait souvent dans les propos de mes interlocuteurs comme un argument identitaire rendant compte de leur situation passée et présente. Or, l’avènement de la République populaire de Chine (1949) a marqué une profonde rupture. D’esclaves en puissance, les Drung sont devenus une « nationalité minoritaire » qui s’efforce de trouver une place au sein de la société chinoise. Comment perçoivent-ils cette transition entre l’oppression passée et la situation sociale présente ? Stéphane GROS est chargé de recherche au CNRS. Il a enseigné l'anthropologie à l'Université de Paris 10-Nanterre où il a reçu son doctorat en 2005. Il a conduit ses recherches anthropologiques dans le nord-ouest de la province du Yunnan en Chine depuis le milieu des années quatre-vingt-dix. Sa thèse a examiné les logiques de reproduction sociale et les relations de pouvoir entre les Drung, une minorité d'essarteurs de langue tibéto-birmane, et leurs plus puissants voisins Han, Tibétains, Lisu, et Naxi. Il a publié un certain nombre d'articles sur les questions de relations interethniques, de classification ethnique, de représentations des minorités en Chine, de genre et de parenté, de pauvreté et de catégorisation. Il coordonne actuellement un projet de collaboration sur les marges sino-tibétaines du Khams et sa recherche personnelle s'oriente sur la politique de patrimonialisation en Chine en relation aux discours environnementalistes, toujours dans les confins sino-tibétains.


https://hal.campus-aar.fr/medihal-01411956
Contributeur : Valérie Legrand <>
Soumis le : mercredi 7 décembre 2016 - 17:22:43
Dernière modification le : mardi 6 mars 2018 - 15:24:06